Je suis un petit nouveau dans le monde passionnant de la photo. Il y a encore quelques semaines, je n’y connaissais absolument rien. Prendre une photo se résumait pour moi à dégainer mon smartphone et cliquer. Puis la curiosité et l’envie d’aller plus loin ont pris le dessus. Ainsi, j’ai décidé de plonger dans le monde des Reflex. Je me forme principalement via des blogs et grâce à des tutos sur Youtube.

J’ai eu envie d’explorer et d’expérimenter différentes techniques photographiques mais la première que j’ai eu envie de réaliser concerne le “Nightscape”. J’ai toujours adoré la nature mais surtout l’espace. Je pourrais rester des heures à contempler les étoiles et le ciel nocturne en général. Voici mon retour d’expérience sur mon premier éssai nightscape.


1. Le repérage et la météo

Voilà deux facteurs externes très importants à prendre en compte pour réaliser des clichés nocturnes dans de bonnes conditions. Si le premier dépend clairement de votre volonté et de vos moyens de locomotion, le second est plus ou moins prévisible à moyen et court terme.

Le repérage

Il n'est pas à négliger et de lui va dépendre la bonne visibilité du ciel. L'ennemi numéro un de l'observateur que vous êtes est la pollution lumineuse. Essayez tant que possible de fuir les agglomérations et allez vous perdre dans des champs lointains ou encore mieux en altitude à la montagne. Pour vous aider, voilà deux outils qui peuvent vous rendre bien des services :

  • Google Map : on ne le présente plus, il va principalement vous servir à repérer des champs et autres espaces inhabités.

  • Carte pollution lumineuse : excellente ressource qui permet en un clin d'oeil de voir si l'endroit ou vous comptiez vous rendre est pollué niveau luminosité. Plus c'est rouge, plus l'endroit est pollué, plus c'est bleu foncé, plus le ciel va être pur.

Pour cette première sortie, j'avais fait quelques repérages lors de ballades en journée. Mon but était de me trouver un champs tranquille dont la route la plus proche était très peu empruntée à partir de 22:00 afin d'éviter de me ramasser des phares de voitures. En me basant sur la carte de la pollution lumineuse, j'ai trouvé un compromis pollution/distance très raisonnable.

Je suis situé à quelques dizaines de kilomètres au nord d'une assez grosse agglomération et je savais que la vue côté sud allait être quelque peu polluée. C'est pourquoi le champs que j'ai trouvé n'était pas trop en pente et offrait une bonne vue sur le nord avec les crêtes du Jura. J'avais derrière moi une bonne rangée d'arbres hauts qui je l'espère (je manque de point de comparaison comme c'était ma première expérience nightscape) m'ont protégé de la lumière de cette ville : Genève.

La météo

  • meteoblue : Ce site est très intéressant car il donne la météo certes, mais également des prévisions d'observation pour les passionnés du ciel. Voilà un extrait de ce qu'il peut nous dire :

L'état de la lune. Nous n'en n'avons pas encore parlé mais si vous voulez faire des photos avec un maximum de lumière des étoiles il faut pouvoir choisir une nuit ou la lune est nouvelle ou juste avant voir juste après. Plus vous serez proche de la phase de la pleine lune, moins vous verrez les autres étoiles. Dans cet exemple, la lune est à 2%, ce qui en fait de ce point de vue là, une nuit parfaite.

Chaque ligne représente une heure. Les trois colonnes clouds représentent les nuages à basse, moyenne et haute altitude. Le but ici est d'avoir des cases les plus bleues foncées possible avec un chiffre très petit : 0 étant l'idéal et 100 le pire. Dans cet exemple, la nuit s'annonce vraiment pourrie :)

Les colonnes index1 et index2 nous informent sur la qualité d'observation d'un point de vue perturbations atmosphériques. Les valeurs vont de 1, la pire à 5, la meilleure. Clairement, ici on recherche des cases toutes verte. Dans notre cas, encore une fois, c'est mal barré. Ces cases ne tiennent pas compte des nuages du tout. Ainsi, il est possible d'avoir deux indices à 5 alors que les colonnes nuages sont toutes à 100.

La colonne jet stream nous informe sur le vent. Ici, encore on va chercher une case dont la couleur sera la plus verte possible.

On trouve enfin des informations sur la température. C'est bien utile pour savoir si on emporte les gants, le bonnet et le thermos de thé bien chaud. Je vous jure, c'est le pied ! L'humidité relative est un indicateur important aussi pour vous même et votre matériel. La dernière colonne vous indique les coordonnées de la lune et des planètes observables. Très pratique.

2. Le matériel

Afin de faire des photos nightscape, voici selon moi, le matériel minimum à avoir avec soi :

Un boitier Reflex, vous vous en serez douté je pense. Un plein format c'est mieux mais APS va aussi (c'est mon cas). S'il est assez récent, tout va bien sinon vérifiez juste que vous ayez de quoi faire des pauses longues (jusqu'à 30s c'est parfait) et que vous puissiez monter dans les ISO sans trop de peine. Je détaillerai juste après mon matériel et les réglages un peu plus tard.

Un objectif grand angle avec la plus grande ouverture possible. " Hein ? J'ai rien compris là..." Pas d'inquiétude j'y reviens juste après aussi :)

Un trépied. C'est absolument obligatoire. Si vous vous disiez, bon allez, je teste comme ça... Ben non. Désolé. Mais rassurez-vous, c'est tout à fait possible d'avoir un trépied très correct pour pas cher.

Une télécommande. Elle va nous servir à ne pas déplacer le boitier au moment ou on appuie sur le déclencheur.

Une frontale. Comme le trépied, c'est obligatoire pour voir ce que l'on fait la nuit. Privilégiez très fortement celles qui ont de la lumière rouge. Vous ne mettrez pas 15 minutes à vous ré habituer à l'obscurité et vos yeux vous diront merci.

Mon matos

Niveau boitier, j'ai depuis quelques semaines un Nikon D5500. C'est mon tout premier Reflex. Je l'ai acheté avec le kit qui fournissait l'objectif 18-55mm f/3.5-5.6. Objectif, soit dit en passant, qui ne semble pas forcément très bien convenir pour ce que l'on souhaite faire mais je n'avais que cela pour l'instant et j'avais trop hâte de tester :) On peut trouver ce pack neuf pour environ 650 €.

Côté trépied, j'ai opté pour le ZOMEi Z666. Il est très compact, léger (1.2 kg), d'une hauteur de 1m40, s'installe et se démonte très simplement donc rapidement. Il tient bien en place qui plus est. J'attends de voir avec le temps si les fixations des pieds coulissants tiendront toujours bien la route. Avec sa housse de transport, vous le trouvez à 40 €.

Pour la télécommande, c'est la Pixel RC-201/DC2 qui m'accompagne. C'est une télécommande filaire basique. Rien de spécial à dire dessus : 10 €

Ma frontale est une Black Diamond que j'ai depuis assez longtemps.

3. Tenue

Ma sortie s'est déroulé fin avril et la température était d'environ 11°C. J'avais un t-shirt manches courtes plus un manches longues par dessus et un pull. Un gros blouson m'attendait dans la voiture au cas ou :) Oui, je ne voulais pas que le froid gâche ma sortie. J'avais des gants tactiles (j'ai toujours les mains gelées) et un bonnet. J'étais heureux d'avoir les gants et le bonnet. De plus, un bon thermos de thé m'a accompagné. Boire un petit thé bien chaud sous les étoiles est formidable :)

Les conditions météo étaient absolument incroyables cette nuit. Petit rappel au chapitre précédent : les trois cases des nuages étaient à 0 en bleu foncée, les deux index de visibilité étaient à 5 tout en vert et le vent était moyennement faible.

4. Réglages

"Toi qui est un aficionados du mode auto, il va falloir changer pour le nightscape !"

L'intro qui va suivre va vous être indispensable si vous n'êtes pas familier de ce qu'est la focale, l'ouverture, les ISO et la durée d'obturation. Sinon, vous pouvez passez directement aux réglages.

Tout est une question de lumière

Faire une photo, c'est avoir une bonne exposition. Vous avez probablement entendu dire quelqu'un : "Mouai... cette photo est clairement surexposée." ou l'inverse. Celà signifie que l'image est trop lumineuse, ou dans le cas de la sous exposition, trop sombre.

Le principe serait donc d'avoir une luminosité "juste". En mode automatique, votre appareil va régler tout seul les 3 piliers qui vont pouvoir gérer la lumière : l'ouverture, les ISO et la durée d'obturation. Il va tout faire pour essayer de régler au mieux ces trois paramètres pour vous fournir une image "juste".

L'ouverture concerne le diaphragme. Ce sont des lamelles qui s'entrecroisent dans votre objectif. Au centre, il y a un trou qui laisse passer la lumière. Plus le chiffre est petit, plus le trou va être grand et va donc laisser passer la lumière. A l'inverse, plus le chiffre est grand, plus le trou est petit et par conséquent, peu de lumière va rentrer. Ces valeurs pour un objectif sont notés avec la petite lettre "f". Dans notre cas, nous voulons avoir une valeur de focale la plus petite possible afin de collecter un maximum de lumière.

ISO est un paramètre qui détermine la sensibilité du capteur de votre Reflex à la lumière. En pleine journée ensoleillée, une valeur de 100 à 125 est courante. Mais je vous le donne en mille, pour nos photos de nuit, nous allons devoir monter cette sensibilité si l'on veut espérer voir quelque chose.

La durée d'obturation est la durée pendant laquelle la lumière va rentrer dans notre objectif. Si vous mettez une durée d'obturation longue (plusieurs secondes) face à un sujet en mouvement, c'est ce qui va créer un flou sur votre image. Si par exemple vous voulez capturer de manière nette un évènement sportif rapide comme une prise de judo lors d'un combat, il va falloir régler une durée d'obturation très courte pour "figer" le mouvement. Pour avoir une photo artistique avec des trainées continues de phares de voitures, vous vous mettrez en pause longue.

Dans notre cas, on va privilégier une durée longue (plusieurs secondes) non pas que l'on veuille du flou, surtout pas, mais nous voulons collecter un maximum de lumière.

[EDIT du 27.06.2017] : Voilà un article sur le triangle d'exposition

La focale notée "mm" détermine l'angle de vue. Plus le chiffre est petit, plus l'angle de vue est grand. Si vous pouvez zoomer avec la bague de votre objectif sur un objet lointain, vous allez augmenter cette valeur. Votre angle de vision sera relativement restreint car centrer sur un élément en particulier. Mais si vous dézoomer au maximum, la valeur devient plus petite et votre champ de vision s'agrandit. Dans notre cas nous voulons avoir la focale la plus courte possible afin d'avoir une belle vue d'ensemble.

Mes réglages

Rien ne vaut l'expérience.

Je tiens à préciser que mes réglages ne vous conviendront probablement pas car chaque appareil est unique ainsi que son objectif. Mais surtout, chaque situation est unique. J'espère juste pouvoir vous aiguiller et vous donner une idée des réglages que vous pourriez faire. N'hésitez pas à aller sur le terrain pour tester !

Je me suis fait une petite check list sur ce que je dois faire au moment de mes réglages pour ne rien oublier, je vais vous la détailler :

  • Installation du trépied, mise à niveau. Le sol ne sera probablement pas plat. Une fois votre endroit sélectionné, aidez vous de la bulle de niveau de votre trépied pour être correctement installé.

  • Installation du boitier sur le trépied.

  • Connexion de la télécommande au boitier.

  • Mettre le Reflex en mode Manuel

  • Mettre l'auto focus en OFF (super important)

  • Prendre des photos en RAW (très important aussi)

  • Ouverture maximale : dans mon cas f 3.5

  • Focale au minimum : dans mon cas 18mm

  • ISO réglés à 5000

  • Vitesse d'obturation : 20 sec. La durée d'exposition peut être calculée avec la règle des 500 pour les plein format ou la règle des 350 dans le cas d'un boitier comme le mien. Le principe est de diviser 350 ou 500 par votre focale et cela vous donne la durée de pause à ne pas dépasser. Au delà, vous risquez de voir les trainées des étoiles sur votre image. Dans mon cas, 350 / 18 donne environ 20.

  • La mise au point : pas évidente du tout la nuit sur des objets si petits et lointains que les étoiles. C'est ce qui m'a causé le plus de tracas. Certains objectifs sont munis d'une bague de mise au point avec des valeurs (pas le mien en tout cas) dont une qui va vous intéresser, la valeur infinie "∞". Le but est de faire une mise au point infinie sur une étoile. Attention ! C'est ce que j'ai lu, je ne peux pas confirmer car je n'ai pas ce genre d'objectif. Pas encore :) Voilà mon astuce dans mon cas de figure: Je me suis aidé du mode lightView qui permet de voir dans son écran ce que vous visez. Je me suis calé sur une étoile bien lumineuse et j'ai zoomé avec le bouton "+" à côté de l'écran de manière à être bien dessus. Ensuite, j'ai pu faire tranquillement ma mise au point à l'aide de la bague de l'objectif pour trouver le meilleur réglage et avoir une étoile la plus nette possible.

5. Post traitement

Comme nous avons monter fortement les ISO pour capter un maximum de lumière, le revers de la médaille est d'avoir pas mal de bruit dans l'image à savoir des petits points un peu partout. Il faut trouver le bon réglage pour en enlever un maximum sans pour autant que ca affecte trop les étoiles. Car oui, enlever le bruit enlève aussi les étoiles... Sur l'image qui suit, à gauche l'image originale avec le bruit et à droite après le traitement.

Personnellement, j'utilise Lightroom pour leur faire subir un petit post traitement. Je ne donnerai pas ici de valeurs précises dans la mesure ou chaque photo est différente, chaque contexte est différent. En plus de donner une ambiance, une teinte, le post traitement sur les photos nightscape est surtout utile pour enlever le bruit de l'image.

Je pense clairement que le résultat est perfectible. Si vous avez des astuces, postez un commentaire à la fin de l'article :)

6. Bilan et résultat

Pour une première sortie par un novice tel que moi, je trouve que c'est un assez bon début. J'ai vraiment adoré planifier cette excursion. Le moment le plus fort (c'est étrange à dire) a été lorsque le premier cliché s'est affiché sur l'écran après les 20 secondes de pause et que j'ai constaté que c'était plutôt potable :)

J'espère que vous aurez eu autant de plaisir à lire cet article que j'ai eu à l'écrire. N'hésitez pas à partager et à commenter ce premier article. J'accepte toutes les critiques constructives !

Ci-dessous, un petit extrait des images. Allez voir l'album Facebook au complet